Quand il s’agit d’élaborer un catalogue, que les offres ont été conçues et saisies, il faut déterminer où elles seront placées. Simple Workspace propose plusieurs solutions et celles-ci, associées à la fabrication automatique de la mise en page, permettent toutes d’obtenir une version imagée du document. Document qu’il est aisé d’ajuster avant que le studio et les maquettistes ne prennent le relais.

La possibilité d’avoir une prévisualisation immédiate du résultat permet au non-maquettiste de concevoir ses pages en toute simplicité. Que cela soit en partant d’une page blanche ou quand il s’agit de prendre en charge une reconduction.

P.-S. À propos de conception, lisez cet article qui évoque celle des offres.

Conception et placement manuel

Dans Simple Workspace, vous pouvez découper librement vos pages en zones, et affecter à celles-ci ses offres. D’ailleurs une offre peut être associée à plusieurs zones : par exemple, une zone pour la photo et la pastille prix dans la partie supérieure et une autre zone, en bas, pour la description et le tableau.

Cas d’usage, un chef de marché, par exemple, peut donner ici libre cours à son imagination et fabriquer un projet qui pourra servir de bases aux étapes futures. Et dans le cas d’une reconduction, pour éviter de « casser » une mise en page, pour effectuer des tests, il est très facile de dupliquer un projet : l’utilisateur pourra s’en donner à cœur joie sans risque de s’attirer les foudres des maquettistes !

N’oubliez pas que les fonctions collaboratives de Simple Workspace comme les workflows, les annotations, etc. permettent de faire ce travail en équipe…

Vidéo.

La grille

L’outil grille de Simple Workspace permet de découper les pages en cellules régulières. Vous définissez un nombre de lignes, de colonnes, les gouttières, les marges et le tour est joué.

Intérêt évident, les grilles vous permettent de placer précisément les zones : grâce au magnétisme, celles-ci seront parfaitement alignées.

Mieux, lâchez plusieurs offres sur une page où une grille a été définie. Et elles seront placées automatiquement dans les cellules de la grille.

Vidéo.

Le « runner »

Dernier étage de la fusée, le « runner » apporte un niveau d’automatisation clef en main supplémentaire.

Imaginons qu’en amont, soit indiqué sur quelles pages les offres doivent être placées, le « runner » pourra les placer automatiquement.

Il les regroupera par pages ; il choisira quelle grille utiliser en fonction du nombre d’offres à placer dans la page, il créera les zones et leur affectera les offres.

À partir de là, retour au mode manuel qui permet d’effectuer les ajustements de finition.

Vidéo.

En mode livre

Autre situation : quand la mise en page coule dans des boîtes chaînées d’une page à l’autre. Ici, on a à faire le plus souvent à un gros tableau dont chaque ligne constitue une offre.

Il s’agit d’une situation propice à l’automatisation1. Le taux de réussite peut alors flirter avec le 100 % ! Et la conception va consister ici à travailler l’ordre dans lequel les offres seront présentées. À tout moment, il sera possible de demander à Simple Workspace d’effectuer une génération ; puis de contrôler le résultat dans le chemin de fer.

Via les API

Enfin, il est toujours possible de piloter le placement des offres par API.

Il peut s’agir d’un automate qui organise les offres de l’extérieur de la solution : par exemple, à partir de l’interface d’un PIM, pour générer des catalogues personnalisés pour les commerciaux (ou des PLV/ILV). Il peut aussi s’agir d’un automate déclenché directement de notre chemin de fer.

Ces méthodes proposent un niveau de souplesse ultime. Et elles ne remettent pas en cause les points évoqués plus haut, une fois les documents fabriqués, il sera possible de les finaliser à la main !

Jean-Yves Jourdain,
Cofondateur de J2S


 

Vous le voyez, nous sommes des experts de ce sujet : quelle que soit votre situation, nous pouvons vous aider.

Contactez-nous : nous serons ravis d’échanger.

 

 

 

 

1- À propos d’automatisation, voyez cet article L’automatisation de la mise en page à 100 %, mirage ou réalité ?