Voilà, vous ne connaissez rien aux architectures techniques logicielles et vous voulez comprendre comment Simple Workspace est hébergé ? Je me lance !

Simple Workspace est une plateforme collaborative de production. Cela commence bien, que veut dire cette phrase mystérieuse ?

  • Qu’il s’agit d’un environnement logiciel ;
  • Dont le but est de faciliter la fabrication d’éléments (en automatisant, par exemple) ;
  • À plusieurs.

Les bons comptes font les bons amis

La fabrication de ces éléments — fiches textuelles, pages, etc. — est prise en charge par des applications [1]. Comme dans le navigateur de fichiers de votre ordinateur [2], ces applications peuvent être regroupées et hiérarchisées. Par exemple, on créera un projet par catalogue et ces projets seront regroupés dans un dossier pour chaque année.

Toutes ces applications, dossiers et autres projets sont associés à un compte. Et c’est au niveau de ce compte que sont définis les utilisateurs.

Un compteUn compte

En résumé : un compte égale une liste d’utilisateurs et une arborescence de projets.

En première instance

Quand un utilisateur doit se connecter à Simple Workspace, on lui indique deux choses :

  • L’adresse web [3] à utiliser dans son navigateur ;
  • Son identifiant et son mot de passe.

Pourquoi une adresse web ? Parce que Simple Workspace est un site web comme les autres ! Mais, plutôt que de dire site web Simple Workspace, nous parlons d’instance Simple Workspace.

Voilà, vous venez de valider l’adresse web dans votre navigateur, un écran vous propose alors de vous identifier. Quand c’est chose faite, vous accédez au navigateur de projets de Simple Workspace autrement dit aux applications, aux dossiers et aux projets que vous avez le droit de voir. (Ce sera la même chose pour tous les utilisateurs de ce compte.)

Souvenez-vous : la notion d’utilisateurs et l’arborescence de projets sont rattachées à un compte. OK. Mais pourquoi diable alors distinguer la notion d‘instance de celle de compte si à une instance est toujours associé un seul compte ? Vous l’aurez deviné : car, à une instance peuvent être associés plusieurs comptes !

Et oui, après s’être identifié, l’utilisateur voit les applications, dossiers et projets de tous les comptes auquel il a le droit d’accéder !

Une instance de trois comptesUne instance de trois comptes

En résumé : une instance est un site WEB comme les autres qui dispose d’une adresse ; et à cette instance peuvent être associés plusieurs comptes.

Où il est question d’Amérindiens et de virtualité

Toutes les demandes des utilisateurs connectés à une instance Simple Workspace doivent être traitées. Souvenez-vous : une instance Simple Workspace est un site web comme les autres. Il faut donc un logiciel capable de gérer un site web. C’est le rôle d’Apache. C’est lui qui fait le lien entre votre navigateur et Simple Workspace.

Pour faire fonctionner Apache, il faut un ordinateur. Plutôt que d’utiliser un ordinateur de bureau ou un ordinateur portable, on emploie un serveur. (Il s’agit d’un ordinateur optimisé pour exécuter ce type de logiciels.) Mieux, chez J2S, on emploie une machine virtuelle (la fameuse VM, virtual machine en anglais). Du point de vue du logiciel exécuté, rien ne change. Mais toute la partie matérielle est cachée. Qu’est-ce que cela apporte ?

  • En cas de panne matérielle, le logiciel ne sera pas interrompu, car la virtualisation permet de basculer automatiquement vers un matériel opérationnel, magique !
  • Pour administrer l’ordinateur, il suffit de se connecter à une interface d’administration ; plus facile d’augmenter la mémoire ainsi plutôt que de devoir installer une nouvelle barrette, non ?

J’ai oublié de vous dire : Apache sait gérer plusieurs sites à la fois ; autrement dit, plusieurs instances Simple Workspace peuvent cohabiter !

Une VM de quatre instances pilotées par ApacheUne VM de quatre instances pilotées par Apache 

En résumé : dans la VM, Apache gère les différentes instances (et leurs comptes).

À la carte

OK, mais qu’est-ce que cela veut dire pour vous, utilisateur de Simple Workspace ?

D’abord, à propos de l’hébergement, vous n’avez rien à gérer, tout est pris en charge par J2S : nous avons fait le choix de disques rapides et sécurisés pour vos données, nous gérons les sauvegardes sur un site distinct, nous prenons en charge les mises à jour, la sécurité, etc.

Ensuite, pour ce qui est de l’organisation de vos projets, trois possibilités existent.

Compte dédié

C’est le fonctionnement par défaut. Le compte vous est exclusif.

Votre compteVotre compte

Il est exécuté dans une instance qui gère d’autres comptes dans une VM qui gère plusieurs instances.

Instance dédiée

L’instance est dédiée à votre entreprise. Donc, tous les comptes gérés par cette instance vous sont propres.

Cette instance est exécutée dans une VM qui gère plusieurs instances.

Votre instance et ses trois comptesVotre instance et ses trois comptes

Intéressant si, par exemple, votre entreprise possède des filiales : chacune d’entres elle peut avoir avoir son propre compte !

VM est dédiée

Enfin, ici, c’est toute la VM qui vous est exclusive ! Il n’y a ici aucune cohabitation logicielle avec d’autres entreprises.

Votre VM et ses quatre instancesVotre VM et ses quatre instances

Utile si, par exemple, des enjeux spécifiques de sécurité existent dans votre entreprise.

Et InDesign Serveur ?

Quand il s’agit de fabriquer des pages, Simple Workspace fait appel à Adobe InDesign Serveur [4]. Si vous connaissez Adobe InDesign Desktop, eh bien, il s’agit du même logiciel, mais dépourvu de son interface utilisateur.

Quand Adobe InDesign Serveur est exécuté, il ne sait faire qu’une seule chose à la fois [5]. Ce qui est ennuyeux, car les utilisateurs doivent alors patienter. Il y a une solution : exécuter plusieurs fois Adobe InDesign Serveur bien sûr ! Là aussi, on parle d’instances, d’instances Adobe InDesign Serveur. Et, plus il y a d’instances exécutées, plus Simple Workspace peut faire de choses en même temps.

Quand on demande à une instance de faire quelque chose, cela prend plus ou moins de temps ; il arrive aussi parfois qu’une instance ne réponde plus ou quitte inopinément. Quand des dizaines d’instances sont exécutées en même temps et qu’une nouvelle demande doit être traitée, cela devient difficile de savoir à qui demander ! C’est le rôle de J2S Dispatcher : il s’agit d’une application qui sert de chef d’orchestre. Quand une demande est formulée par Simple Workspace, J2S Dispatcher sait à quelle instance Adobe InDesign Serveur demander, un vrai maître d’hôtel.

En résumé : J2S Dispatcher fait le lien entre les instances Simple Workspace et les instances Adobe InDesign Serveur.

Et voilà !

Vous voulez en savoir plus, ou souhaitez une démonstration « live » ?

Profitez de notre offre d’accompagnement gratuite, ou prenez contact avec nous : nous serons ravis d’échanger.

Jean-Yves Jourdain,
Cofondateur de J2S

 _ _ _ _ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 

  1. Par exemple, Simple MOM ou Simple Brief.
  2. Le Finder de macOS par exemple.
  3. En anglais, on parlera d’URL.
  4. Le sujet Adobe InDesign Serveur a déjà été abordé dans cet article.
  5. Mais il le fait très bien 😉 !